> Espace presse

On parle de nous!

RABEN BLATT - 2016

Raben Blatt

Lire la suite


SOLUTIONS MAG - Octobre 2016

SOLUTIONS-MAG-Octobre2016

SIMPLY THE MOST BEAUTIFUL PAPER IN THE WORLD!

That is a bold statement! But, if you have ever had the pleasure of seeing the ‘silk’ papers from Papeteries de Montsegur, you would know exactly what I mean.

Would you like to hear a truly wonderful tale of wonderful paper?...

Lire la suite


PREMIUM PACK - Octobre 2016

Premium-Pack_Octobre2016

Sublimer le papier !

Tout comme leur dirigeant, Rémi Danglade, les papeteries de Montségur sont inclassables ! Il y a quelques années, il tombe amoureux de cette papeterie de la Drôme provençale, nichée dans les champs de lavandes, au milieu des vignes et des chênes truffiers, à quelques minutes de Valréas (Vaucluse). À l'origine un moulin à farine, ...

Lire la suite


DAUPHINE LIBERE - Septembre 2016

Dauphiné Libéré - Septembre 2016Dauphiné Libéré - Septembre 2016

Au titre de président, Rémi Danglade préfère celui de maître-papetier. En rachetant, en 2008, la papeterie de Montségur en Drôme provençale, l’agent vendeur de pâte à papier et cartons renouait avec son histoire familiale.

Lire la suite


TENDANCES & EMBALLAGES - Mars 2016

TENDANCES & EMBALLAGES - Mars 2016

Sur le marché international, l’avenir du papier se réécrit au jour le jour!

L’histoire du papier se confond avec celle des civilisations. C’est une épopée qui aujourd’hui se poursuit avec des enjeux économiques et internationaux, car le papier n’est plus seulement upport d’écriture. Du journal à l’emballage, en passant par l’hygiène ou les papiers graphiques : de nombreux marchés sont étroitement liés au cours de la pâte à papier. Producteurs et papetiers rivalisent d’ingéniosité pour se distinguer dans un marché où les cours et les demandes fluctuent.

Lire la suite


Les Papeteries de Montségur®
par Nathalie Schraen-Guirma (vidéo)

Dans la pure tradition, les Papeteries de Montségur® produisent du papier de soie aux couleurs chatoyantes pour garnir les emballages des boîtes à chaussures et d’autres cadeaux. Un papier fin et délicat soigneusement préparé avec des méthodes très écolos. La pâte à papier provient de forêts principalement locales. Les colorants sont naturels, l’eau ainsi non polluée est ensuite rendue à la nature.

logo_France-3.jpg


VIDEO FRANCE 3 - MIDI en FRANCE du 24-10-2013


logo_CCI-Drome.jpgVIE DES ENTREPRISES
Drôme CCI du 27/04/2015

Papeteries de Montsegur®
175 ans de savoir-faire!

Reconnues à travers le monde entier pour la qualité de leurs papiers de soie, les Papeteries de Montségur® ont bâti leur succès sur un savoir-faire ancestral, et l’innovation.

À l’origine était un moulin à farine sur les bords du Lez. En 1840, grâce à l’obtention d’une autorisation pour exploiter l’eau, le bâtiment devient moulin à papier et élit domicile à Montségur-sur-Lauzon dans la Drôme provençale. Depuis cette date, les Papeteries de Monségur® seront passées de la production de papier pour nourrir les vers à soie au statut de première fabrique française de papier de soie et mousseline couleur. Pour bien comprendre l’essor de cette entreprise d’exception, il convient de revenir quelques années en arrière. «Après avoir survécu tant bien que mal pendant des décennies, c’est dans les années 60, se souvient Rémi Danglade, maître papetier et PDG depuis 2008 de l’entreprise, qu’un monsieur très distingué s’est arrêté chez nous. Grand fleuriste parisien celui-ci a insufflé une nouvelle vie à la papeterie – celle-ci produisait alors du papier hygiénique – en demandant qu’on lui fournisse des papiers de couleur pour embellir ses bouquets. De là, les Papeteries de Montségur® se sont mises à produire du papier couleur de très haute qualité. Elles peuvent se targuer aujourd’hui de proposer 450 coloris différents fabriqués sur la dernière machine centenaire encore en fonctionnement en Europe.

Souvent copié, jamais égalé

Après avoir été mélangée à de l’eau, la pâte à papier issue des forêts locales subit différentes colorations naturelles pour devenir ces fins et délicats papiers de soie que l’on retrouve aujourd’hui pour l’emballage des bijoux, parfums, chaussures et vêtements des marques les plus prestigieuses. 35 personnes passionnées travaillent aux Papeteries de Montségur®. La production est de 67 millions de m2 de papier de soie par an et les exportations dans une cinquantaine de pays représentent 40% de la production. Le CA de l’entreprise était lui de 4 M€ en 2014. « Mon travail aux papeteries est d’être un jardinier, j’entretiens et je développe un savoir-faire, je suis aussi le gardien d’une tradition, confit passionné Rémi Danglade. Ici, nous avons quatre points cardinaux qui font notre succès : la qualité, la réactivité, la flexibilité et la créativité ». Et créatives, les Papeteries de Montségur® le sont.

Outre l’impression de motifs, notre maître papetier a inventé – une exclusivité mondiale - le papier à identité olfactive. Grâce à l’apport d’huiles essentielles, le papier se pare d’une odeur qui vient compléter et enrichir l’identité visuelle d’une marque. « Pour l’avenir, mes ambitions sont énormes, ne cache pas notre maître papetier. Notre objectif : viser toujours plus de qualité. Nous sommes devant tout le monde, nous sommes regardés, souvent copiés, mais jamais égalés. » Pour récompenser l’excellence de son travail, l’entreprise a reçu le label des entreprises du patrimoine vivant décerné par le Ministère de l’Industrie et a été labellisée Imprim’lux, label visant à apporter une réponse d'excellence tant en conseil/expertise qu'en production premium et prestige. Assurément, de belles et longues années se profilent encore pour les Papeteries de Montségur®.


LA TRIBUNE du 23/12/2010

Les Papeteries de Montségur® veulent élargir leur gamme.

Au début du XIXe siècle, le moulin de Drôme provençale produisait de la farine. Puis, le papier est entré dans ses murs. Les feuilles emballaient alors les vers à soie élevés dans la région, ensuite elles ont pris place dans les toilettes sous la marque le Trèfle balayée par la concurrence dans les années 1970. Enfin le papier brun a pris de la couleur et a séduit les fleuristes. Remi Danglade, le nouveau PDG de la société depuis 2007, s'est donné une ligne de conduite classique pour affronter les remous du marché tout en respectant le patrimoine de l'entreprise : qualité, réactivité, flexibilité et innovation.

Remi Danglade a commencé par mettre en oeuvre une autre forme de management afin de permettre aux 32 salariés de valoriser leur savoir-faire et magnifier la légèreté et la douceur de ces papiers de soie (de 14 à 25g/m2) qui se déclinent dans 70 références de couleurs lumineuses (car teintés dans la masse). Les pâtes qui viennent de France, du Chili, de Scandinavie, etc. sont issues de forêts certifiées pour leur gestion durable. Ensuite Remi Danglade a tenu à mettre ses produits au diapason de ses clients : « Nous voulons développer l'identité de ces papiers qui reflètent l'image de nos prescripteurs, des fleurons du luxe comme Dior, Chanel, Façonnable, Zadig & Voltaire... 

Nous voulons mettre en scène leur sensualité qui flatte l'oeil ou séduit le toucher avec nos flocages et les imprimés. Nos feuilles ont également un froissé qui ravit l'oreille et nous parfumons à la demande ces papiers grâce à un procédé de microencapsulation. ». Le directeur des papeteries sait qu'environ 60 % des consommateurs finaux récupèrent ces papiers de soie et les recyclent... D'où l'intérêt de donner une trace olfactive à une marque ! Machine de cent ans Depuis 2008, la PME a maintenu son chiffre d'affaires à 4 millions d'euros. Mais la machine produisant le papier ? 100 ans d'âge ? a été améliorée afin de poursuivre les innovations et de gonfler les stocks pour répondre à toutes les demandes. Un atelier d'impression laisse également plus de réactivité. Les Papeteries de Montségur® resteront un « artisan » mais elles veulent réaliser une croissance externe pour élargir leur gamme en jouant sur les grammages. « Nous avons voulu procéder à un achat dans les environs qui n'a pas abouti ; nous regardons à l'étranger chez des fabricants de papiers de spécialité... », admet Remi Danglade. Pour passer ce cap, le directeur sait qu'il doit trouver des aides financières. Son premier réflexe sera de frapper vigoureusement à la porte du Fonds stratégique d'investissement (FSI).
Louisette Gouverne, à Valence.



Produit ajouté
Quantité
Total
Vous avez 0 produits dans votre panier. Vous avez 1 produit dans votre panier.
Total produits
Total
Continuer mes achats Finaliser ma commande